Twin Powers I

Supersoft [14-18]

PS 007 / split 12’’ / 2002

Supersoft [14-18] always swimming in cloudy waters and Andy’s car crash gives a great and ultimate piece of electro acoustic music.

Supersoft [14-18] nage toujours en eaux troubles tandis que Andy’s car crash offre une superbe et ultime pièce de musique électroacoustique.

Positiverage (janvier 2003)

 Voici donc les premiers jumeaux de la nouvelle série Twin Powers que lance le label Partycul System. Après un début particulièrement free et déstabilisant, nous sommes heureux de retrouver la mélancolie de Supersoft [14-18], projet aléatoire réunissant des membres de Rroselicoeur et de TV La SUn Or, et responsable d’un très beau premier mini chez Partycul System. Après un premier titre totalement free donc, le groupe nous offre deux morceaux exquis, construisant les ambiances comme un court-métrage angoissant. Si l’éclaircie ne daigne jamais apparaître, l’auditeur n’est jamais laissé à l’abandon et on s’étonne de s’acclimater particulièrement bien à cette musique pourtant si déprimante. Les compositions s’étendent sans jamais se redire, tissant une toile sombre mais belle. Et ce n’est pas l’apparition du chant féminin de Miss Moon sur Valley Del Sor qui nous fera oublier cette sensation de solitude mélancolique. Bien au contraire. Supersoft [14-18] continue de nus émouvoir, sans se répéter, nous ne pouvons que les féliciter.

Jumeau pour l’occasion, Andy’s Car Crash couche, à son tour, sur disque une longue « composition d’improvisations successives », comme ils le disent. Et là, quelle surprise. Je n’avais pas un souvenir impérissable de leur album sorti chez Pandémonium, mais la prestation que le groupe propose ici m’a complètement convaincu ! Des boucles de piano introductives aux samples de dialogues, tout est parfaitement orchestré. Un équilibre idéal qui place ce Schistes comme meilleure production du groupe. Andys’Car Crash se place dorénavant plus près d’un Philippe Glass bidouilleur que d’un Autechre indomptable. Malheureusement, si le disque est indispensable, le groupe a décidé depuis d’arrêter ses activités… Et devient une référence à titre, malheureusement, posthume. [mg]

PRESSE – chroniques Twin Powers I