Grand Rock

Charlemagne Ganashine

PS 017 / Livre / poésie / 298 pages / 2016

French poetry. psyche, arty, free. Inner experience, death of beauty, siren song of praise. Definitely rock.

Passeport pour le monde moderne. Contre-noise des viscères, magie hallucinée, bricolage fondamental.

Jean-Luc Godard, à propos de Pierrot le fou, parlait d’une « boulimie prométhéenne d’art et de signes » et l’on pourrait facilement reprendre ces qualificatifs pour cette anthologie de poésie de Charlotte Ganache, qui après une quinzaine d’années de parution au compte-gouttes dans quelques revues, rassemble toute son activité poétique de 1994 à 2010.

Ce livre constitue un passeport vers des terres de ruptures et d’illogismes, des inventions de mot, des questions, du vrac, du vrai. Et tout ceci avec sur les lèvres un véritable goût du paradoxal sans y toucher ou de l’étrange sans en avoir l’air. Car on navigue tout autant qu’on flotte, et dans ces brumes on a tôt fait de croiser des listes abracadabrantes, des énigmes, des termes érudits qui discutent la culture de masse ou des accumulations disloquées dignes de Armand!

C’est un psychédélisme qui se déploie ici. A travers une succession foisonnante d’animaux, de paysages déserts, d’architectures surpeuplées, on voit des images. On voit la pagaille monstrueuse d’un monde sauvage, celui de l’humanité qui danse la divine chorégraphie mais où l’orchestre produit une dissonance qui installe le malaise.

Un peu de sang, de mystère et d’histoire des arts. Broyer un peu de l’insolence de Dada, la mélanger au goût du minuscule du quotidien, établir de nouveaux repères d’un cadastre linguistique à jamais mouvant, donner à entendre le chant des moustiques, est-ce possiblement cela la poésie expliquée à un lièvre mort ?